Tout a commencé hier soir, au bar le Melting Potes, boulevard de la Prairie au duc à Nantes. Il était 19h30...

C'était la première fois. Je m'étais inscrite aux ateliers d'écriture organisés par Francis Mizio, celui que je ne remercie pas donc. Francis, c'est, entre autre, un écrivain certifié (la preuve, il est sur Wikipédia ) et à lunettes. (J'étaye mes propos ici et .)

Pascale_Brosseau_r_dige

Nous étions donc 7 à être venus boire les paroles du maître dans l'espoir à peine voilé d'être calife à la place du calife et de voir un jour proche une belle couverture de livre avec son nom dessus. Ou bien, plus modestement, d'affûter sa plume pour un en faire un meilleur usage.

L'accueil fut chaleureux, on n'a rien vu venir. Un verre plus tard, on s'est retrouvé sagement attablé devant nos ordinateurs respectifs pour réaliser notre premier exercice : choisir un verbe à l'infinitif et en donner une description animalière. Voyez le genre, un chavirer à pattes dotées d'un côté de griffes et de l'autre de ventouses. Par exemple.

Et puis on a attaqué le vif du sujet : le concours de nouvelles (celui où tu gagnes quand même autre chose que la reconnaissance envieuse de ta voisine)

Attention ! Je donne des tuyaux !

Donc, et dans le désordre, on fait une fiche pour les personnages principaux (leur physique, leur vie sociale, ce qui leur est arrivé,.. : on doit maîtriser la bête), le héros doit passer un obstacle pour en sortir transformé, on fait une promesse au lecteur qui est celle de le surprendre, la chute doit être celle à laquelle on s'attend le moins (forcément, donc on fait une liste des possibles et on raye au fur et à mesure), le jury aime les histoires de famille à pleurer dans les chaumières, on ne s'assoie pas à côté d'Olivier car il fait trop de bruit en tapant sur son clavier en criant "J'ai vu de Niro ! J'ai vu De Niro !", etc, etc...

Francis Mizio a causé à tout le monde, anglé, proposé, écrit sur un paperboard genre classe internationale.

Et puis il nous a donné des devoirs. "Pour ta nouvelle, tu prends une scène du quotidien, tu fais ta fiche et tu écris ta nouvelle."

Je suis rentrée à minuit et ce matin, au réveil, la première chose à laquelle j'ai pensé, c'était à ma chute, à ma promesse et à mon devoir.

Mardi prochain, j'irai lui en toucher deux mots au Mizio.

(Des concours de nouvelles, il y en a plein là. )